Règles du français

Terminaison -ai ou -ais ?

Faut-il un « s » ou non ? Dois-je écrire « ferai » ou « ferais » ? « J’aurai » ou « j’aurais » ? Vous êtes sans doute nombreux à vous poser cette question, vu le nombre d’erreurs en la matière. Si c’est le cas, vous confondez conditionnel présent et futur simple. Pas grave ? La faute entraîne pourtant de sérieuses confusions !

Le futur simple

Le futur simple s’emploie pour présenter un fait qui aura lieu dans le futur par rapport au moment où l’on parle.

J’écrirai
Tu écriras
Il écrira
Nous écrirons
Vous écrirez
Ils écriront

À la première personne du singulier (je), les verbes se conjuguent avec la terminaison -ai, que l’on prononce « é ».

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent s’emploie généralement pour présenter un fait imaginaire ou incertain. Il peut indiquer un souhait ou un conseil.

J’écrirais
Tu écrirais
Il écrirait
Nous écririons
Vous écririez
Ils écriraient

À la première personne du singulier (je), les verbes se conjuguent avec la terminaison -ais, que l’on prononce « è ».

Les conséquences

Mettre ou non le « s » modifie complètement le sens de votre phrase.

Quand vous écrivez à un ami « j’en discuterai avec Paul », vous lui annoncez que vous allez parler à Paul. Quand vous lui dites « je discuterais avec Paul », vous lui conseillez d’en parler à Paul. Si vous mettez l’un pour l’autre, vous risquez d’être mal compris.

Voici quelques exemples qui démontrent les fâcheuses conséquences qui peuvent en découler :

« J’irai chercher le matériel jeudi » : vous irez effectivement chercher le matériel.
« J’irais chercher le matériel jeudi » : vous voulez attirer l’attention de votre interlocuteur sur les délais et vous lui conseillez d’aller chercher le matériel dès jeudi.

Le danger est que personne n’aille chercher le matériel. Ou alors les deux personnes iront et les frais seront doublés.

« Je rédigerai le rapport pour la réunion de lundi » : le rapport sera rédigé.
« Je rédigerais le rapport pour la réunion de lundi » : il faudrait rédiger le rapport pour lundi.

Soit personne ne rédigera le rapport, soit les deux personnes le rédigeront. Vous compromettez surtout l’entente avec votre collègue, qui comptait sur vous pour rédiger le rapport et qui finalement le rédige lui-même, pour se rendre compte qu’il a effectué ce travail pour rien. Mais fâcher votre patron qui attendait ce rapport et ne le reçoit pas dans les temps n’est sans doute pas bon non plus pour votre carrière.

« Je répondrai au client qu’il ne nous est pas possible de satisfaire sa demande » : le client aura une réponse.
« Je répondrais au client qu’il ne nous est pas possible de satisfaire sa demande » : mon avis est qu’on ne peut pas le satisfaire, réponds-lui dans ce sens.

Le client pourrait bien recevoir deux fois la réponse, de personnes différentes. Il ne vous prendra pas très au sérieux ou ne saura plus à quel interlocuteur s’adresser. Autre possibilité : il n’obtiendra aucune réponse. Dans un cas comme dans l’autre, l’image de votre entreprise va en prendre un coup.

« Je commanderai les boissons en même temps que le repas » : je me charge de commander les deux.
« Je commanderais les boissons en même temps que le repas » : je te conseille de commander les deux en même temps.

On risque de se retrouver sans rien à boire ni à manger. Ou alors la commande aura été passée deux fois, engendrant un gaspillage d’argent et de nourriture.

« Je flècherai le trajet depuis la sortie de l’autoroute » : le trajet sera fléché.
« Je flècherais le trajet depuis la sortie de l’autoroute » : je pense qu’il faut placer des flèches depuis la sortie de l’autoroute jusqu’au lieu de l’événement.

Ou comment perdre vos invités, qui n’auront aucune indication pour s’orienter…

« J’enverrai la commande par la poste » : je me charge d’envoyer la commande.
« J’enverrais la commande par la poste » : je te conseille la poste plutôt qu’un autre transporteur.

Soit rien ne sera envoyé et le destinataire sera mécontent, soit le colis sera envoyé deux fois : perte de temps, perte d’argent.

Un petit « s » de différence peut donc engendrer un bel embrouillamini ! Outre le quiproquo, la perte de temps, d’argent, de clients ou simplement d’énergie peut être bien réelle.

L’orthographe n’existe pas pour vous embêter,
elle est le garant d’une communication claire et efficace !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s