Écriture

La page blanche : comment surmonter l’angoisse ?

Quoi de plus naturel que de commencer ce blog par un article sur la page blanche ?

Démarrer de rien. De rien ? Non, car même si la page est blanche, un auteur crée sur base de son savoir et de ses expériences, fourmillant d’idées et de créativité.

Il peut néanmoins se retrouver en manque d’inspiration. Vous est-il déjà arrivé d’estimer vos écrits médiocres, chaque essai se retrouvant à la poubelle ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas le seul. De nombreux écrivains, professionnels et amateurs, souffrent ou ont souffert de ce syndrome. Ils vous livrent quelques conseils.

Faites une pause

Pourquoi s’acharner ? Distrayez-vous, sortez prendre l’air, allez marcher un peu et revenez plus tard à vos écrits. Vous pouvez aussi lire ou écouter de la musique. Replacez-vous dans les situations où vous vous sentez inspirés.

Écrivez malgré tout

Écrire quoi qu’il arrive, voici le conseil de certains auteurs. Écrivez n’importe quoi, même sur un sujet totalement différent. Le fait d’écrire rend votre esprit plus créatif. Des mots découleront des mots et vous pourrez alors avancer.

Vous pouvez aussi noter toutes vos idées, tous les points clés de vote sujet, et réaliser un plan. Vous obtiendrez ainsi une structure sur laquelle vous appuyer, ce qui suffira peut-être à retrouver l’inspiration.

Commencez par un autre chapitre

Autre recommandation : ne vous obstinez pas sur la première phrase. Vous ne savez pas comment débuter votre récit ? Rien ne vous empêche d’entamer votre rédaction par un autre paragraphe. La première phrase viendra peut-être d’elle-même par la suite.

Préparez-vous

« Se répéter à soi-même que l’on va s’installer à son bureau pour écrire le lendemain prépare l’inconscient à fournir ce travail », affirmait Norman Mailer. Préparez-vous donc psychologiquement, de la même manière que les grands sportifs se préparent avant une compétition.

Hemingway possédait aussi sa technique : ne s’arrêter qu’à des passages dont il pourrait facilement écrire la suite. « Ne vous asséchez pas. Laissez-en un peu pour le lendemain. La chose principale est de savoir s’arrêter. »

Écrivez pour vous

Enfin, le syndrome de la page blanche survient généralement parce que l’auteur se met la pression, parfois même inconsciemment. Écrire sans penser à ses lecteurs permet donc de se libérer de ce poids. Ainsi, Steinbeck déclarait : « Faites comme si vous écriviez, non pas pour votre éditeur, un public ou des lecteurs, mais pour quelqu’un de proche, comme votre sœur, votre mère ou une personne pour laquelle vous avez de l’affection. »

Savourez cet espace de liberté

En conclusion, de nombreuses astuces existent. À vous de choisir celle qui vous convient le mieux ou de les combiner à votre guise. Mais n’oubliez pas que la page blanche reste avant tout une plage de liberté prête à recueillir vos mots et vos idées, un réceptacle pour votre créativité. Alors, échappez à la contrainte. Jouissez de cette liberté et rappelez-vous qu’écrire doit avant tout rester un plaisir.

Sources : flavorwire.com / scenario-buzz.com / actualitte.com / bookboon.com
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s